Agir pour une consommation Durable et Solidaire

7 façons de donner du sens à ses achats en consommant Durable et Solidaire avec Artisans du Monde Paris:

Couleuwcafe

 

1. Consommer Durable et Solidaire de manière régulière et/ou ponctuelle

Artisans du Monde Paris propose plus de 170 références alimentaires issus du Commerce Équitable: boissons (café en grains et moulu, thé, jus de fruits, sodas, bières, rhum), produits pour l’apéritif (chips, noix de cajou, fruits secs, etc.), pour les pauses (chocolat, barres, biscuits, snacks) et les déjeuners (riz, pâtes, quinoa, épices condiments, etc.).

 

Tous nos produits sont issus d’une agriculture raisonnée AB finalet  paysanne  respectueuse de l’humain et de l’environnement. De plus, la grande majorité est labellisée Agriculture Biologique.

 

Catalogue Artisanat Printemps-Ete 2015-3

Artisans du Monde Paris vous propose également plus de 1 000 articles d’artisanat (objets de décoration, bijoux, accessoires, art de table, textiles, sacs, instruments de musique, espace enfants, cosmétiques, bien-être,  etc.)

Plus d’infos en cliquant ici.

 

 

 

Lire la suite…

Nos services publics en danger : après TAFTA, TiSA

Un large accord sur le commerce des services est en cours de négociation entre 51 états de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) dont la Commission européenne. Veolia Environnement, Orange et le Medef participent aussi aux négociations au titre de la France. Comme pour TAFTA, les négociation se font dans l’opacité la plus totale. Mais WikiLeaks est passé par là et a publié, depuis plus d’un an, plusieurs versions d’annexes de ce projet.

Nommé TiSA (Trade in Agreement Service ou ACS – Accord sur le Commerce des Services) cet accord veut aller plus loin que l’Accord Général sur les Commerce et les Service déjà inclus dans l’accord de Marakech qui créait l’OMC en 1994. Les « très bons amis des services » trouvent que les négociations menées dans le cadre de l’OMC sont trop compliquées et n’atteignent pas suffisamment vite leurs objectifs de libéralisation des services.

TiSA vise à réduire au maximum les barrières empêchant les entreprises d’un pays A de mener leurs activités de service dans un pays B. A priori, tous les types de services pourraient être concernés, mais certains sont particulièrement visés : le transport maritime, les technologies de l’information et de la communication, l’e-commerce, les services informatiques, le courrier et la livraison, les services financiers et les monopoles publics.

Le travail consiste à lister tous les services qui seront exclus de l’accord. « Toute politique publique qu’un gouvernement omettra de protéger, même involontairement, deviendra vulnérable », alerte l’Internationale des Services Publics, une fédération syndicale internationale des travailleurs du service public.

Plusieurs clauses sont particulièrement à craindre :

– clause de statut quo dont l’objectif est de maintenir les niveaux de libéralisation des services en vigueur au moment de la conclusion de l’accord

– clause à effet de cliquet : elle interdit le retour à la sphère publique de services préalablement libéralisés.

A quand une vraie information sur cette négociation ?

Deux très bons articles sur le sujet :

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/07/09/tisa-les-trois-dangers-du-nouvel-accord-mondial-de-liberalisation_4452743_4355770.html

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/07/09/tisa-quand-le-liberalisme-revient-par-la-porte-de-derriere_4452691_4355770.html#partie2

La COP 21

Du 30 novembre au 11 décembre 2015, Paris accueillera la (COP 21) ou 21ème COnférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Cet évènement va rassembler près de 40 000 participants. Il s’agit donc de l’une des plus grandes conférences climatiques jamais organisées.

Nul ne conteste que logo-cop-21-carr--l’activité humaine soit la principale responsable du changement climatique. L’impact de ce changement n’est pas le même pour tous : les producteurs du Sud sont les plus touchés. De plus le modèle dominant de l’agriculture, du commerce et de la consommation est une des causes et un des facteurs aggravants du changement climatique. Dans ce contexte, le commerce équitable est un élément incontournable d’une transition vers un autre modèle.

Mais les tentatives des gouvernements et de la société civile pour agir sur le dérèglement climatique et instaurer un nouveau modèle ne datent pas de cette année. Il y a eu avant le Sommet de la Terre à Rio en 1992, le Protocole de Kyoto en 2005 et d’autres sommets encore mais qui n’ont pas abouti à un accord global.

Les négociations sur les changements climatiques demeurent donc plus que jamais à l’ordre du jour.

photo-635618415440299547-2

Consciente de l’enjeu que va représenter la Conférence Paris Climat 2015, la société civile se mobilise pour renforcer la prise de conscience et rassembler le plus grand nombre autour de ce nouveau modèle à construire.

Le 16 juillet dernier à Addis Abeba, l’ONU est parvenu à un accord sur le financement ouvrant la voie à l’adoption de moyens d’éradiquer l’extrême pauvreté à l’horizon 2030, de réduire les inégalités et de promouvoir un mode de développement compatible avec la lutte contre le changement climatique.

Cette décision marque la première étape d’une année 2015, forte de deux autres moments décisifs avec la mise en oeuvre des 17 Objectifs de Développement Durable (les ODD), lors du Sommet des Nations Unies de New York en septembre et la signature à Paris d’un accord universel pour contenir le réchauffement sous la barre des 2°, durant la COP 21 en décembre.

LOGO-PARIS-CLIMAT-B

 

Lire l’article dans son intégralité en cliquant ici

Le Producteur du Mois – Septembre 2015

Le Producteur du Mois de Septembre 2015 est… Bombolulu Workshops au Kenya !

 

L’ONG Bombolulu Workshops est née à l’initiative de volontaires anglais et américains désireux de remédier à l’exclusion des handicapés au Kenya. Soutenue par l’APDK (association des handicapés physiques du Kenya), Bombolulu permet à ses membres de s’insérer dans leur environnement économique et social par le développement de leurs savoir-faire et la vente des produits de leur artisanat.

 

(Cliquez sur l’image pour agrandir l’affiche)

Parole aux Bénévoles #1

Le réseau Artisans du Monde compte plus de 6 000 bénévoles à travers la France. Nous vous invitons à découvrir ici des portraits de nos bénévoles parisien(ne)s.
Bonne lecture!


Gilles, Président bénévole

« PENSER GLOBAL, AGIR LOCAL, Voilà ce que je défends »

Gilles, peux-tu te présenter ?

« 1986, après mes études j’ai dû choisir : service militaire ou objecteur de conscience (une des formes civiles du service national à cette époque) ; sans aucune hésitation, je suis devenu objecteur de conscience, à chargADM GILLESe pour moi de me mettre au service d’un organisme à vocation sociale ou humanitaire…

C’est ainsi que je me suis retrouvé au CENTRE DE DOCUMENTATION DU TIERS MONDE (CDTM), rue de Rochechouart dans le 9ème, juste au-dessus d’Artisans du Monde, la boutique historique du commerce équitable en France ouverte depuis 1974. A cette époque, et avant la création de SOLIDARMONDE en 1994, la boutique du 9ème était également plateforme d’achats pour le réseau ; les besoins de bonnes volontés et de bénévoles étaient énormes, je me suis donc investi dans ce mouvement en tant que membre du CA.
Après quelques années d’interruption, mais toujours bénévole à AdM, j’ai été à nouveau nommé membre du CA, puis président de l’Association les Amis d’Artisans du Monde. Actuellement, je suis toujours fidèle à ce poste, mais je souhaiterais passer le flambeau, tout en continuant bien sûr à être actif au sein de l’association.

Pourquoi le choix du Commerce Equitable ?

J’ai découvert le commerce équitable en arrivant à Paris en tant qu’objecteur de conscience. Mais déjà bénévole à Amnesty International à Angers durant mes études, j’étais sensibilisé à la solidarié internationale basée sur les droits de l’Homme.

L’équipe d’Artisans du Monde, très motivée, dynamique et militante n’a pas eu besoin de me solliciter très longtemps : je me suis rapidement joint à elle et à leurs débats animés, pour défendre les droits des petits producteurs du Sud…

 

Que penses-tu du Commerce Equitable Nord/Nord ?

Dans le principe, je suis d’accord, mais restons prudents quant à sa définition : il ne faudrait pas confondre commerce équitable (qui a une charte bien définie) et commerce local.
Ce commerce solidaire Nord/Nord ne doit en aucun cas « cannibaliser » les petits producteurs du Sud : il doit rester complémentaire et très transparent vis-à-vis du consomm’acteur.
Attention aux effets de « niches » !

Quel avenir pour le Commerce Equitable et Artisans du Monde ?

Le modèle AdM doit évoluer car il vit depuis 40 ans sur le même schéma.

Des difficultés financières sont apparues et, par ailleurs, souvent par manque de forces vives, les 3 piliers de notre mouvement à sensibiliser, éduquer et plaider ont du mal à vivre.

Il faut prendre un temps de réflexion au niveau national :

  • Maintenir une filière intégrée ? Indépendance de la centrale d’achats SOLIDARMONDE ? Orientation des groupes AdM (spécialisation : plaidoyer, formation, ventes) ? S’ouvrir à des partenariats ?
  • Il est donc urgent de construire un projet commun en lien avec la Fédération pour permettre à Artisans du Monde de continuer à construire d’autres échanges mettant au centre les droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux. »

 

PROPOS RECUEILLIS PAR MIREILLE ROQUES (bénévole à Artisans du Monde Paris 9)

Paris, le 10 juillet 2015

 

Devenir bénévole

Vous souhaitez rejoindre Artisans du Monde Paris en tant que bénévole ?           N’hésitez pas à contacter directement les associations de Paris 9, Paris 15 ou Paris 20 en cliquant ici.